Document provenant d'une étude réalisée par Angéline MEROUR élève de 1ère année au Centre d'Etudes Supérieures d'Aménagement à TOURS.

TELGRUC SUR MER , UNE COMMUNE RURALE DE BRETAGNE

 

A.   TELGRUC SUR MER , une commune du Sud Finistere marquée par l'histoire  

 

1886 habitants l'hiver, environ 8000 l'été, Telgruc-sur-mer est une commune qui s'étend sur 2829 hectares 

 

 

 1. Telgruc-sur-mer : aux portes de la Presqu'île de Crozon.

 Géographiquement située à l'entrée Sud de la Presqu'île de Crozon, à l'extrémité Ouest du département du Finistère dans le Parc Régional d'Armorique, Telgruc-sur-mer est une commune littorale de la baie de Douarnenez, limitée au Nord et à l'Est par les communes de Landévennec et d'Argol, à l'Ouest par la commune de Crozon. Elle n'est pas sur l'axe routier principal Châteaulin-Crozon (départementale 887), mais se tient légèrement à l'écart, entre le Ménez-Luz et le Ménez-Caon, 2 collines dominant  la baie de Douarnenez. C'est, vraisemblablement cette position topographique qui est à l'origine du nom de Telgruc (Tel ou Tal: front et Cruc ou Créach: hauteur, colline).La commune de Telgruc est située à 10 km de Crozon, chef-lieu de canton ; à 24 km de Châteaulin, chef-lieu d'arrondissement ; à 45 km de Quimper, sa Préfecture et à 50 km de Brest, l'agglomération la plus importante du département. Elle est reliée à l'axe Quimper-Brest (route nationale 165) par les routes départementales 887 et 791, aboutissant respectivement à Châteaulin et au Faou.

Telgruc appartient au canton de Crozon qui regroupe 7 communes pour une population totale de 16118 habitants en 1999. En novembre 1994, les 7 communes du canton de Crozon adhérentes au Syndicat Intercommunal à Vocations Multiples de la Presqu'île de Crozon se sont associées afin de créer la Communauté de Communes de la Presqu'île de Crozon. Telgruc adhère également au Syndicat des Eaux de la Presqu'île de Crozon, au Syndicat Intercommunal d'Electrification de Crozon ainsi qu'au Syndicat Mixte de l'Aulne qui siège à Châteaulin

 2. Le passé de cette commune littorale.

 

La commune de Telgruc fut érigée en paroisse apparemment au Xème siècle. Auparavant c'était une trêve d'Argol qui dépendait de l'abbaye de Landévennec. Elle commença à entrer dans l'histoire il y a plusieurs millénaires, lorsqu'un séisme détourna vers la rade de Brest le cours de l'Aulne qui coulait dans la large vallée de l'Aber. Puis, sous les Romains s'élevèrent des domaines le long de la plage de Trez-Bellec. On y découvrit, en effet, en 1957, une cuve de salaison de poissons et une tradition ancienne considère Luzéoc comme premier centre paroissial car il y avait là une villa gallo-romaine, centre d'un domaine important. C'est en 1576 qu'il fut décidé d'aménager un nouveau bourg plus central et de le pourvoir d'une église plus spacieuse (bourg actuel). Telgruc fut le berceau de la puissante famille de Rosmadec dont plusieurs membres se distinguèrent dans l'Eglise et dans les armes, et qui régna jusqu'au XVIIième siècle. Elle y possédait un château ancestral, dont il ne reste aujourd'hui plus une pierre. Mais l'histoire rattrapa cette petite commune du Finistère lorsque le 3 septembre 1944, lors des combats de la Libération, le bourg fut écrasé sous les bombes à la suite d'une erreur tragique du commandement américain qui confondit ses propres troupes occupant le bourg avec des contingents allemands. Le bourg fut détruit et de l'église éventrée ne restèrent debout que le clocher et des pans de murs.Le tourisme s'intensifia et devint une activité économique essentielle à Telgruc comme sur toute la Presqu'île dès la première guerre mondiale, ce qui amena la création d'activités saisonnières au moment où les activités agricoles et de pêche commencèrent à décliner.

 
B. Un développement et un avenir basés sur sa vocation résidentielle et le tourisme

 

1. Une commune dotée d'atouts dont les rôles sont essentiels pour assurer son dynamisme actuel et avenir

 

a) la qualité de ses paysages : une station balnéaire sur une côte pittoresque.

 

  • Comme la plupart des communes de la Presqu'île de Crozon, Telgruc est remarquable par la qualité de ses sites naturels caractérisés par 3 éléments principaux:

 

  • Le plateau agricole dont l'altitude varie de 40 à 80m, est légèrement vallonné et occupe la partie Nord du territoire communal

 

  • Vers le Sud, ce plateau est ponctué par le Ménez Caon (131 m) et le Ménez Luz (145m), séparés par un vallon conduisant à l'Anse du Caon,

 

le littoral est marqué par les éperons rocheux de Pen Ar Vir et du Bellec encadrant la plage de Trez-Bellec, à l'Ouest par des falaises abruptes qui dominent de 80 m la petite plage de Trez-Bihan et vers l'Est par des falaises également abruptes mais de moindre hauteur jusqu'à la crique de Porslous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi c'est en arrivant dans la Presqu'île par le Ménez-Hom ou par le Pont de Térénez que l'on découvre la partie intérieure du paysage de Telgruc, formée d'une large vallée verdoyante dont la vocation dominante est agricole. Pour découvrir la façade maritime à vocation touristique, il faut traverser le bourg et se rendre sur le versant Sud du relief.

En effet, à deux kilomètres du bourg, la plage de Trez-Bellec bien exposée au Sud, protégée des vents du Nord, étale son sable fin sur 1500 mètres de longueur.Plus à l'écart, la plage de Trez-Bihan ("petite plage" en breton) est une crique de sable fin, enchâssée dans une côte de hautes falaises, dominée par les pins et les bruyères roses.La côte est longée par un sentier de randonnée ( GR 34 ), permettant de découvrir à pied les aspects les plus pittoresques d'une falaise rocheuse haute de 90 mètres par endroit, en particulier,  l

es falaises de Guern avec leurs 93 mètres de chute presque verticale et leurs rochers aux formes tourmentées  qui abritent une réserve naturelle d'oiseaux (goélands, cormorans…).  

 

Les hauteurs de Telgruc, peu connues, dominent tout le paysage environnant. Si le Ménez-Luz est aujourd'hui rendu inaccessible du fait de l'exploitation d'une carrière, le Ménez-Caon, en revanche, offre une vue panoramique unique sur la plage de Trez-Bellec, la baie de Douarnenez et l'ensemble de la région.Par temps clair, la vue s'étend à l'horizon jusqu'à 50 kilomètres à la ronde permettant ainsi de distinguer: 

* à l'Ouest, l'île de Sein entre la pointe du Raz et le Cap de la Chèvre,                   

* à l'Est, le Ménez-Hom,                   

* au Nord et au Sud, Brest et Douarnenez.  

 

La beauté et la diversité des paysages environnants offrent ainsi à la commune de réelles potentialités pour un cadre de vie de qualité et un développement du tourisme.

 

b)  son patrimoine archéologique et architectural  

 

Dotée d'un patrimoine archéologique et architectural intéressant, la commune de Telgruc témoigne d'une histoire à la fois riche, longue et tumultueuse. En effet, depuis le néolithique, les étapes de l'histoire ont laissé des empreintes sur le territoire de Telgruc. Plusieurs sites ont ainsi été recensés par le Service Régional de l'Archéologie : un dolmen néolithique à Pennarum, des cuves de salaison Gallo-Romaines proches de Trez-Bellec. Plusieurs autres emplacements de menhirs et d'alignements mégalithiques ont également été recensés par le Syndicat d'Initiative, ainsi qu'un abri souterrain de l'âge du Fer et des vestiges de thermes de l'époque romaine.  

 

A ce patrimoine archéologique s'ajoute un patrimoine architectural  qui constitue autant de sites touristiques intéressants à valoriser pour cette commune. Au centre du bourg se tient l'église paroissiale, l'église St-Magloire, construite en 1585, qui bénéficie d'une protection au titre de la législation sur les monuments historiques. Cette église, bien que reconstruite après les bombardements du 3 septembre 1944 ayant détruit le bourg, reste le témoin d'une longue histoire avec, en particulier, son clocher finistérien à une chambre sans galerie construit à la fin du XVIème siècle, son autel à pavillon du XVIIème siècle aux motifs empruntés à la sculpture navale et son arc de triomphe du XVIIème siècle (classé monument historique) au sommet duquel se dresse une statue géminée de Saint-Magloire et de Saint-Guénolé. Les façades de l'église, de même que l'arc de triomphe donnant accès à l'ancien cimetière sont inscrits sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 29 mai 1947.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Située sur la route de Rosmadec, la fontaine Saint-Divy, datant de 1577, serait un sarcophage mérovingien provenant de l'abbaye de Landévennec, dont l'eau avait la vertu de guérir les malades déficients des reins.A 3 kms du bourg, face à la baie de Douarnenez, la chapelle de Lanjulitte, construite en 1677, du temps d'Anne de Bretagne sur les terres de la maison de Rosmadec dont le château a totalement disparu, est la dernière chapelle existante parmi les nombreuses qui ont existé à Telgruc. Elle est aujourd'hui en ruine mais sa restauration est envisagée.Les moulins à eau et à vent faisaient partie du paysage telgrucien il y a tout juste 50 ans. Aujourd'hui, il n'existe plus de moulin à vent. Cependant, deux moulins à eau sont encore visibles et en état de fonctionner: le moulin de Rosmadec et le moulin de Kérédan.

 

Si le bâti ancien a quasiment disparu du bourg lors du bombardement en septembre 1944, de nombreux hameaux agricoles ont conservé leur architecture traditionnelle. Ainsi il n'est pas rare de retrouver de très beaux linteaux de pierres ouvragées en haut des portes des plus vieilles habitations.

 

 

 

c) ses activités de services et ses équipements essentiels pour faire de Telgruc une commune agréable et dynamique

 

Cette commune de 1900 habitants l'hiver mais d'environ 8000 en période estivale est dotée de tous les commerces et activités de services nécessaires à la vie quotidienne et donc garants d'une qualité du cadre de vie pour ses habitants et ses nombreux vacanciers qui ont ainsi tout à proximité.  En effet, tous les commerces alimentaires de base existent. On recense ainsi : une supérette, deux boulangeries, une boucherie-charcuterie, des restaurants, des cafés…Un marché anime aussi chaque mardi et vendredi matin la place de la Mairie. Parmi les autres commerces, on compte : un magasin de journaux-quincaillerie, une station service, des garages, un magasin d'électroménager (vente, dépannage), un fleuriste…

 

Telgruc offre également une grande diversité de services : des services bancaires (2 banques), des services en assurance, un notaire, un conseiller juridique, un bureau de poste, des salons de coiffures, une auto-école, de nombreux services de santé avec des dentistes, un cabinet médical, des infirmiers, un kinésithérapeute, une pharmacie, un taxi-ambulance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs petites entreprises de services implantées sur la commune de Telgruc s'ajoutent à ce tissu économique local. On recense : un couvreur, des chauffagistes, un menuisier-charpentier, un marbrier, un peintre, un pépiniériste.De plus, à proximité du bourg, sur la route de Châteaulin, se développe une zone d'activités, la Z.A de Pencran, qui participe au développement local. Quelques commerces y sont déjà installés : une coopérative agricole, un garage.Le secteur des commerces et des services est donc bien représenté sur la commune offrant un large éventail de prestations à ses résidents permanents et saisonniers.

 

La présence d'équipements joue, elle aussi, un rôle essentiel quant à la qualité de vie à Telgruc. Une garderie, une école maternelle ainsi qu'une école primaire publiques permettent d'animer le bourg et de contribuer à la vocation résidentielle de Telgruc. La commune est également dotée d'un bon équipement sportif et de loisirs. On y recense deux terrains de football, des terrains de tennis, une piste de skate-board et de roller depuis décembre 1999, un centre nautique. La commune a manifesté la volonté de voir ceci complété par d'autres équipements.A cela s'ajoutent une salle polyvalente, un foyer des jeunes, où se déroulent les activités associatives.

 

Le dynamisme de Telgruc résulte d'une vie associative importante et d'une mobilisation de ses habitants pour faire "bouger" cette petite commune rurale. En effet , Telgruc compte 27 associations telles que le Club de Tennis, le Centre Nautique, Danse 2000 créée en septembre 1999, S.O.S Ecoles Rurales, , le Raid Armorique Organisation ou EOST ( "moisson" en breton ), association de recherche et de transmission du patrimoine historique de Telgruc, qui a publié un ouvrage "Promenade Littorale" afin de permettre aux Telgruciens et aux estivants de mieux connaître la façade maritime de la commune.

 

Ainsi, Telgruc, grâce à la qualité de son patrimoine naturel et historique, à l'ensemble de ses services, commerces, équipements et à la vitalité de son tissu associatif, est une commune rurale dynamique à l'image accueillante qui possède de réelles potentialités en vue d'attirer ceux qui veulent entreprendre, ceux qui décident de s'y installer définitivement ou simplement d'y venir passer des vacances.

 

 

2.  Des vocations résidentielle et touristique indéniables et à valoriser 
 
a)    un dynamisme de la construction    

En 1990, selon les données du recensement de l'INSEE, Telgruc comptait au total 1043 logements, soit :   - 711 résidences principales (+ 9,2% depuis 1982)- 278 résidences secondaires (+ 25,8% depuis 1982)- 54 logements vacants (- 18,2% depuis 1982)                          

 

En 1999, selon les données provisoires du recensement, la commune compterait au total 1110 logements, soit une augmentation de 6,4% depuis 1990, dont 770 résidences principales (+8,3% depuis 1990).  

 

Ainsi, Telgruc est une commune, qui, depuis plusieurs années, voit sa vocation résidentielle s'affirmer avec tout d'abord un  nombre croissant de ses résidences principales et secondaires et au contraire une diminution de ses logements vacants comme le montre le graphique retraçant l'évolution du parc de logements de 1975 à 1990 (ainsi que de 1999 grâce aux données provisoires).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme pour l'ensemble du bassin, et conformément à la position géographique littorale de Telgruc, le taux de résidences secondaires est élevé: 27% en 1990 (d'après le tableau de l'évolution du parc de logement de 1975 à 1990). Le nombre comme le taux de résidences secondaires sont en progression continue depuis le milieu des années 70, mais leur augmentation est plus rapide depuis 1982.La vacance des logements a largement diminué en 1990. Arrivée à une part de 5%, elle peut être considérée comme incompressible et est parmi l'une des plus faibles au sein du canton de Crozon. Cette réduction reste exceptionnelle dans le bassin du Centre-Ouest Finistère qui a vu une augmentation de 27,7% de la vacance de son parc de logements entre 1982 et 1990. Cela traduit donc une certaine pression immobilière sur la commune.  

 

Cette vocation résidentielle est également perceptible au travers de la construction qui connaît une croissance soutenue et régulière sur la commune.

 

En effet, contrairement à la plupart des communes finistériennes ou françaises qui ont connu une forte augmentation de leurs constructions de 1975 à 1982 suivie d'un net ralentissement de 1982 à 1990, l'effort de construction à Telgruc est resté important sur l'ensemble de la période 1975-1990 avec 170 logements construits de 1975 à 1982 et 172 de 1982 à 1990. 

Selon le registre des demandes de permis de construire, celui-ci, malgré un fléchissement en 1992 et 1993, ne s'est pas relâché comme en témoigne le graphique concernant l'évolution de la demande des permis de construire de 1991 à 1999.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Typiquement breton, Telgruc est un village constitué d'un petit bourg où se concentrent les commerces et services et dont l'extension se fait le long de la route départementale 208 menant à la plage de Trez-Bellec, ainsi que de petits hameaux, au nombre de 45, situés dans la campagne alentour.  

 

Aujourd'hui, on constate que le bourg concentre la majorité de la construction neuve (60%), et qu'en particulier les constructions de résidences secondaires y sont nombreuses contrairement à ce que l'on pourrait penser. La zone littorale qui comprend des hameaux tels que le Penquer, Kergariou, l'Elléouet, Rostégoff et Porslous fait également l'objet d'une demande importante. Bien qu'elle soit le secteur le plus réduit, elle couvre cependant 20% de la construction neuve.  

 

L'affirmation et le développement de la vocation résidentielle de la commune sont des  objectifs majeurs que se sont donnés les élus car une capacité d'accueil reste un préalable à tout développement. Parce que le logement est une préoccupation permanente et que la demande de location reste importante et régulière sur la commune, il a été décidé de rénover l'ensemble des logements situés au dessus de l'école maternelle, de nouveaux projets locatifs seront mis d'ailleurs à l'étude en cours d'année afin de continuer à attirer de nouveaux résidents. De plus, une action de promotion pour le lotissement communal Saint-Divy réalisé en 1997 est menée pour inciter à la vente des lots.

 

 

 

b)   le tourisme, une activité essentielle aujourd'hui et pour envisager son avenir  

 

Du fait de sa situation littorale et de ses structures d'accueil nombreuses et diverses, Telgruc présente également une réelle vocation touristique.  

La commune dispose:

  •       d'un parc de 278 résidences secondaires selon les données du recensement INSEE de 1990;  

  •       d'un ensemble d'environ 120 meublés touristiques et d'une vingtaine de gîtes ruraux;  

  •       d'un hôtel-restaurant, situé au cœur du bourg;  

  •       d'une colonie de vacances au Nord du bourg dont la capacité d'accueil est d'environ 150 personnes;  

  •       d'un ensemble de 4 campings privés, répartis pour l'essentiel, au sein de l'agglomération:

                    - le camping "des Mimosas" (94 emplacements)

                    - le camping "L'Armorique" (100 emplacements)

                    - le camping "Le Panoramic" (200 emplacements)

                    - le camping de "Pen Bellec" (45 emplacements), excentré par rapport à l'agglomération et situé à                                         l'Est de la plage de Trez-Bellec

        et d'un complexe communal associant un centre nautique, un gîte d'étape mer et un camping en amont immédiat du camping privé de "Pen Bellec".  

 

Ses structures d'accueil lui permettent ainsi d'héberger plus de 5000 personnes supplémentaires en période estivale, soit 2,7 fois l'effectif de la population permanente. Les fluctuations saisonnières de population sont donc importantes sur la période comprise entre avril et octobre, mais particulièrement durant les deux mois de grande influence que sont juillet et août.  

La beauté de son site est indéniablement à l'origine de sa vocation touristique, mais les activités qu'elle propose à ses vacanciers jouent aussi un rôle essentiel. Ceux-ci ont à leur disposition un Tennis-Club, ils peuvent également découvrir les sports nautiques grâce au Centre Nautique et pratiquer la randonnée le long d'un sentier côtier de 15 km. Des fêtes traditionnelles et des animations sont aussi organisées tout au long de l'été.  

 

Le tourisme est ainsi devenu un facteur économique de premier ordre pour cette commune à vocation essentiellement agricole. Il représente une opportunité de diversification économique, une filière complémentaire de l'activité agricole traditionnelle. Ceci est d'autant plus important lorsque l'on sait que le Finistère, département de toute évidence touristique, est au premier rang des départements bretons en terme de nuitées (environ 30 millions chaque année), de consommation et d'emplois salariés dans le tourisme. En effet, la consommation touristique est estimée à 3,6 milliards de francs d'avril à septembre 1999, le nombre d'emplois salariés à 6710 sur l'année et 16370 en haute saison.

 

Aujourd'hui, le tourisme est donc une activité primordiale à la vie économique de Telgruc. Il contribue sans doute sensiblement au maintien de certains commerces et services grâce à l'afflux de population saisonnière.  

Si aujourd'hui, la commune de Telgruc séduit un nombre de visiteurs et de nouveaux résidents toujours plus nombreux et assure ainsi en partie son avenir, elle n'échappe cependant pas aux difficultés rencontrées par la majorité des communes rurales.

C. Telgruc, un village face à des difficultés rencontrées par de nombreuses communes rurales

 

1. Un vieillissement de sa population

 

Comptant au total 1886 habitants en 1999, Telgruc a vu sa population augmenter depuis 1990. Or depuis ces 3 dernières décennies ,malgré un apport croissant de population nouvelle, la commune, comme le montre le graphique retraçant l'évolution de la population de 1968 à 1999, connaissait un certain recul démographique, lié à un déficit du solde naturel traduisant un vieillissement de sa population. En effet, le solde migratoire est resté positif tout au long de ces décennies, mais insuffisant pour compenser le déclin lié au solde naturel. Il paraît d'ailleurs probable qu'une fraction des nouveaux résidents sur le territoire communal soit elle-même constituée de couples de retraités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce vieillissement de la population est un phénomène qui tend à s'accentuer sur la commune. En effet, en 1990, 55,6% de la population étaient âgés de plus de 40 ans. De plus, au regard du tableau concernant la structure par âge de la population et l'indice de jeunesse de 1975 à 1990 (les données du recensement 1999 n'étant pas encore connues), cet indice, déjà inférieur à 1 depuis le recensement de 1975, ne cesse de diminuer ce qui témoigne d'un phénomène marqué de vieillissement de la population, les tranches âgées progressant plus vite que les tranches jeunes.

 

 

 

 

 

 

 

Structure par âge de la population et indice de jeunesse. Source INSEE

 

 

Ainsi, bien que de nouveaux résidents s'installent à Telgruc comme le confirme l'augmentation des demandes de permis de construire, le vieillissement croissant de sa population peut, pour l'avenir, constituer un frein à son dynamisme et développement. Cette évolution a également des conséquences sur l'occupation de l'espace car le déclin de population affecte surtout les écarts de la commune au profit du développement de l'agglomération, et en particulier de la zone comprise entre le bourg et la côte.

 

 

2.    Une commune aux activités économiques encore fragiles et à la vocation agricole toujours importante

 

En 1990, Telgruc comptait 655 actifs. Or depuis 1982, ce nombre d'actifs a diminué d'environ 10% et le nombre d'emplois sur la commune, qui était de 344 en 1990, a connu une chute importante : - 37%. C'est en effet une commune qui a perdu de l'attractivité en terme d'emploi, la part de la population active travaillant dans une autre commune étant passée de 27% en 1982 à 48% en 1990. De plus, Telgruc a vu son taux de chômage augmenter de 1982 à 1990 passant respectivement de 6% à 10%.

 

Actuellement, l'emploi est généré par l'activité agricole, mais également par l'industrie du bâtiment et des travaux publics. 

 

Le développement futur de la zone artisanale de Pencran située à l'entrée de la commune permet donc d'envisager des créations d'emplois et ainsi de favoriser la dynamique économique locale.

Mais Telgruc est avant tout une commune rurale dont l'activité économique essentielle reste l'agriculture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo n°4: Vue de la plage de Trez-Bellec et de la campagne alentour

 

En 1996, avec 44 exploitations agricoles pour une surface de 1844 hectares, soit 65% du territoire communal, Telgruc se plaçait ainsi parmi les communes possédant le nombre d'exploitations et la surface agricole les plus élevés du canton de Crozon .

 

De plus, il est intéressant de constater une certaine régularité de la demande de permis de construire pour des bâtiments agricoles tels que des hangars, silos, porcheries…. : entre 5 et 6 chaque année, ce qui démontre la vocation agricole de cette petite commune du Finistère, département où l'agriculture et l'industrie agro-alimentaire sont les piliers essentiels de l'économie.

 

Traditionnellement, il s'agit d'exploitations orientées vers la production laitière, certaines se consacrent également à la production hors sol, en particulier de viande porcine et dans une moindre mesure, à l'élevage avicole. Une grande partie de la surface agricole est aussi utilisée pour la culture de céréales tels que l'orge ou le maïs, et la production de légumes. Le secteur agricole est aussi représenté par la présence de deux coopératives agricoles implantées sur la commune, qui sont, avec le tourisme, les deux activités complémentaires principales de l'agriculture.

 

Cependant même si la commune connaît un encourageant rajeunissement de ses exploitants agricoles, la moyenne d'âge étant passée de 53 ans en 1989 à 47 ans en 1996, la diminution du nombre d'exploitations a été plus rapide que prévue. Tandis qu'en1996, Telgruc ne comptait plus que 44 exploitations, les prévisions semblaient plutôt optimistes avec 37 exploitations en 2001, soit un taux de disparitions annuel de 4,2%,relativement faible. Or aujourd'hui, on ne recense plus que 30 exploitations, le taux de disparitions annuel ayant été de 12%.

 

Ainsi, face une activité agricole importante dont l'avenir reste encore incertain et qui a besoin de soutien, Telgruc doit saisir l'opportunité que représente le tourisme pour diversifier son économie locale mais doit également développer son industrie, en particulier le bâtiment, et son artisanat afin de s'assurer d'un développement durable.

 

 

Dans une volonté d'attirer de nouveaux résidents, mais aussi de renforcer le tourisme comme soutien et complément de l'activité agricole, la commune de Telgruc mise sur un renforcement de son attractivité et sur une amélioration de son image et cadre de vie. Notre projet doit donc s'inscrire dans cette double volonté.

 

 

 

 
 
 

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now